Le Don de Sang

Grâce à ce site, l'ADBS Paris souhaite vous informer et vous sensibiliser au Don du Sang.

L’éthique du Don

 Les 5 Principes éthiques du Don de Sang

Donner son sang régulièrement (en respectant le délais de 8 semaines entre chaque dons), prouve votre volonté de sauver des vies selon les 5 principes éthiques :

L’Établissement Français du Sang (EFS) apporte, avec l’aide des Associations de Donneurs de Sang Bénévoles, toutes les garanties de compétence, de sécurité médicale et d’éthique du don.

s’engage à respecter des principes fondamentaux dont :

 

  • Anonymat

  • Bénévolat

  • Volontariat

  • Engagement 

  • Gratuité

Le don éthique interdit de faire commerce de son corps et garantit à tous les malades les mêmes droits.

Le don de sang ne peut ni être affecté à un malade précis, ni être vendu avec profit.

Anonymat des donneurs

Le donneur ne connaît pas le receveur et le receveur ne connaît pas le donneur. Seul l’EFS connaît leur identité.

L’anonymat vise à protéger chacun des acteurs du don :

  • Le donneur ne peut exiger de compensation du receveur.
  • Le donneur est protégé de toute mise en cause personnelle de la part du receveur ou par sa famille en cas de complication.
  • Le risque de ne pas avoir détecté une infection : que ce soit un virus non connu ou non détectable.
  • Le principe d’équité : l’anonymat est la garantie de permettre à chacun de disposer des produits sanguins dont il peut avoir besoin.

Bénévolat

Le don du sang est gratuit. Il ne peut être rémunéré sous quelque forme que ce soit.

Le don est porté par des idéaux de solidarité et de fraternité. La Fédération Française pour le Don de sang Bénévole, créée en 1948, impose le bénévolat en 1952, après une consultation de ses adhérents qui le plébiscitent à 92 %. La même année, la loi Aujaleu interdit tout profit à partir du sang offert.

Ce choix du bénévolat absolu repose sur certains principes :

  • L’autonomie de la personne humaine : La liberté de ses propres choix, supposant l’absence de contraintes physiques ou matérielles.
  • L’intégrité de la personne humaine : Le respect de la dignité, le refus de l’esclavage s’accompagne du refus de toute commercialisation des éléments du corps humain.
  • Le principe de justice sociale : La rémunération attire en premier lieu, voire exclusivement, des personnes dans le besoin. Poussés à l’extrême, les systèmes non bénévoles prélèvent du sang dans les pays pauvres pour préparer des traitements dont ne bénéficient que les pays les plus riches…
  • La sécurité des personnes : Celle des receveurs, car l’absence de bénéfice attendu établit un climat de confiance totale. Celle du donneur qui pourrait tenter de masquer ses problèmes de santé mettant en péril sa propre sécurité pour obtenir une somme d’argent indispensable pour lui-même ou pour ses proches.

 

Volontariat

Le don du sang est un acte librement accompli, sans aucune contrainte.

Engagement

Le don du sang est un acte responsable. La sécurité du receveur dépend de la sincérité des réponses du donneur lors de l’entretien avec le médecin de collecte.

Gratuité

Le sang et les produits sanguins ne peuvent pas être la source de produits financiers.